Mannitol pour les lésions cérébrales traumatiques aiguës

Contexte: Le Mannitol est parfois très efficace pour inverser le gonflement aigu du cerveau, mais son efficacité dans la prise en charge continue des blessures graves à la tête reste sujette à caution. Il est prouvé qu’en cas de dosage prolongé, le mannitol peut passer du sang au cerveau, où il pourrait provoquer des changements osmotiques inversés qui augmentent la pression intracrânienne.

Objectifs: Évaluer les effets de différents schémas thérapeutiques au mannitol, du mannitol par rapport à d’autres agents abaisseurs de la pression intracrânienne (PIC) et quantifier l’efficacité de l’administration de mannitol à d’autres stades après une lésion cérébrale traumatique aiguë.

Stratégie de recherche : L’examen s’est appuyé sur la stratégie de recherche pour l’ensemble du groupe des blessures. Nous avons vérifié les listes de référence des essais et des articles de revue, et contacté les auteurs des essais.

Critères de sélection: Essais randomisés du mannitol, chez des patients présentant une lésion cérébrale traumatique aiguë de toute gravité. Le groupe témoin pourrait être contrôlé par placebo, sans médicament, avec une dose différente ou un médicament différent. Les essais où l’intervention a débuté plus de huit semaines après la blessure et les essais croisés ont été exclus.

Collecte et analyse des données: Les examinateurs ont évalué indépendamment la qualité de la dissimulation d’allocation et ont extrait les données. Les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés pour chaque essai sur la base de l’intention de traiter.

Principaux résultats : Dans l’ensemble, il y a eu peu d’essais admissibles. Dans la prise en charge préopératoire des patients présentant une hémorragie intracrânienne aiguë, l’administration de mannitol à forte dose a entraîné une réduction de la mortalité (RR = 0,55; IC à 95% 0,36, 0,84) et une réduction du décès et de l’invalidité grave (RR = 0,58; IC à 95% 0,45, 0,74) par rapport au mannitol à dose conventionnelle. Un essai a comparé le traitement dirigé par le PIC à des “soins standard” (RR en cas de décès = 0,83; IC à 95% 0,47; 1,46). Un essai a comparé le mannitol au pentobarbital (RR pour le décès = 0,85; IC à 95% 0,52; 1,38). Aucun essai n’a comparé le mannitol à d’autres agents hypolibérants. Un essai a testé l’efficacité de l’administration préhospitalière de mannitol contre un placebo (RR en cas de décès = 1,75; IC à 95% 0,48 ; 6,38).

Conclusions de l’examinateur: Le mannitol à forte dose semble préférable au mannitol à dose conventionnelle dans la prise en charge préopératoire des patients atteints d’hématomes intracrâniens aigus. Cependant, il existe peu de preuves de l’utilisation du mannitol en perfusion continue chez les patients présentant une pression intracrânienne élevée chez les patients ne présentant pas d’hématome intracrânien opérable. Le traitement au mannitol pour une ICP élevée peut avoir un effet bénéfique sur la mortalité par rapport au traitement au pentobarbital. Le traitement dirigé par le PIC montre un petit effet bénéfique par rapport au traitement dirigé par des signes neurologiques et des indicateurs physiologiques. Les données sur l’efficacité de l’administration préhospitalière du mannitol sont insuffisantes pour exclure un effet nocif ou bénéfique sur la mortalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.