1.8 Coût du cycle de vie

But
Le coût du cycle de vie (CCV) est une analyse économique importante utilisée dans la sélection de solutions de rechange qui ont une incidence sur les coûts en attente et futurs. Il compare les options d’investissement initial et identifie les alternatives les moins coûteuses pour une période de vingt ans. Appliqué aux mesures d’économie d’énergie de conception de bâtiments, le processus est prescrit par la loi et est défini dans le Code des règlements fédéraux (CFR), Titre 10, Partie 436, Sous-Partie A: Règles de programme du Programme fédéral de gestion de l’énergie.

L’A / E contactera les entreprises de services publics locales pour déterminer les programmes de gestion de la demande disponibles et l’assistance nocost fournie par ces entreprises aux concepteurs et aux propriétaires.

Applications
Les applications de base de LCC sont abordées dans les chapitres individuels des présentes et peuvent être définies plus en détail dans les exigences de la portée de la programmation de conception d’un A-E. En général, le LCC devrait prendre en charge la sélection de tous les systèmes de construction ayant un impact sur la consommation d’énergie: enveloppe thermique, éléments solaires passifs, fenestration, CVC, eau chaude sanitaire, automatisation des bâtiments et éclairage. Cependant, le CCV peut également être appliqué aux caractéristiques du bâtiment ou impliquer des coûts liés à la productivité des occupants, à la maintenance du système, à l’impact environnemental et à tout autre problème ayant une incidence sur les coûts au fil du temps. Il est très important de reconnaître l’importance de la conception de systèmes de construction intégrés dans l’efficacité globale de la conception.

Méthodologie
Il existe de nombreuses lignes directrices établies et des outils informatiques qui soutiennent efficacement les analyses de la valeur actualisée des CCV. Le National Institute of Standards and Technology (NIST) a préparé le Manuel d’établissement des coûts du Cycle de Vie pour le Programme fédéral de gestion de l’énergie (Manuel NIST 135) et publie chaque année des Indices de prix de l’énergie à croissance réelle et des Facteurs d’actualisation pour l’Analyse des coûts du Cycle de vie. En tant que produit complémentaire, le NIST a également établi le programme informatique de Coût du cycle de vie du bâtiment (BLCC) pour effectuer des analyses de LCC. Les dernières versions du programme BLCC structurent non seulement l’analyse, mais incluent également les indices actuels des prix de l’énergie et les références des facteurs d’actualisation. Ces matériaux NIST définissent toutes les méthodologies LCC requises utilisées dans les applications de conception GSA.

Il est recommandé à l’A/E d’obtenir le logiciel BLCC et de le mettre à jour auprès du NIST.

Procédures et approche
L’approche la plus efficace en matière de CCV consiste à l’intégrer de manière appropriée au processus de conception.

La conception du bâtiment évolue des concepts généraux à l’analyse détaillée. LCC doit suivre la même approche en parallèle de l’accent mis sur l’étude de niveau de détail actuelle.

Il est extrêmement important pour le développement efficace du projet que des engagements soient pris et conservés sur les systèmes de construction, dans un sens général, pendant la phase conceptuelle.

La pertinence des systèmes de construction doit être analysée au cours des premières étapes de la phase de développement de la conception. Un engagement sur l’orientation des systèmes doit être pris à ce moment, et toute autre étude de LCC axée sur les détails au sein de chaque système.

Charles Evans Whittaker États-Unis Courthouse,
Kansas City, MO

Tous les efforts de LCC devraient être achevés dans la phase de développement de la conception du projet.

Les pratiques suivantes sont généralement requises lors de la réalisation d’analyses de CCV pour la conception d’un bâtiment. Ils sont énumérés ici pour répondre aux préoccupations courantes et aux questions fréquemment posées.

  • Lors de la définition de solutions de rechange pour l’établissement des coûts du cycle de vie, un niveau acceptable de services globaux du bâtiment doit être assuré tout au long de la période d’analyse.
  • Les alternatives de conception doivent être comparées à une alternative de référence de référence qui est le coût initial le plus bas des alternatives envisagées. L’alternative de base doit offrir un système viable, utilisant des caractéristiques de conception à la pointe de la technologie et être conforme à toutes les exigences du projet. Lorsque les conditions existantes font partie de l’alternative de base, l’analyse doit non seulement inclure le travail prévu du projet, mais également les coûts supplémentaires nécessaires pour assurer la conformité au code et un fonctionnement fiable au cours de la période d’analyse.
  • La période d’analyse doit être choisie pour représenter intégralement tous les coûts. Lors de l’optimisation de la conception d’un système unique, toutes les alternatives comparées doivent être considérées au cours de la même période d’analyse. Dans la mesure du possible, la période d’analyse devrait être le plus petit multiple entier de la durée de vie utile des principaux systèmes impliqués dans l’analyse. La durée de vie des équipements CVC peut être trouvée dans le manuel d’applications ASHRAE. Dans tous les cas, la période d’analyse ne doit pas dépasser 25 ans, sauf indication contraire de la GSA.
  • Les coûts qui ont déjà été engagés ou qui doivent l’être, quelle que soit l’alternative choisie, peuvent être considérés comme ” irrécupérables ” et exclus de l’analyse. Les coûts qui doivent être engagés pendant la période allant des décisions de conception à l’attribution de la construction doivent être considérés comme irrécupérables.
  • Les coûts initiaux de référence et les coûts alternatifs sont généralement ceux estimés pour la date d’attribution des travaux. L’analyse des coûts du cycle de vie peut supposer que la date d’attribution peut être considérée comme le point zéro dans le temps pour la période d’analyse, toutes les autres heures d’événement étant référencées à la date d’attribution de la construction. Pour plus de simplicité, l’année de la décision de conception peut également être considérée comme le point zéro dans le temps, et on peut supposer que l’attribution de la construction aura lieu cette année-là.
  • Les valeurs de récupération pour les alternatives sont généralement nulles. Toutefois, dans les cas où les valeurs de rebut pourraient avoir une incidence sur les décisions, la valeur actualisée est calculée comme sa valeur future (valeur de rebut) actualisée à partir de l’année d’occurrence. La formule pour
    ceci est indiquée dans le tableau 1-1 des formules de LCC.

Tableau 1-1 Formules de LCC
Type de coût Exemples de coûts Relations de valeur actuelle
Coulé
  • Frais de conception
  • Fonds engagés irrévocablement
Sans objet Les coûts ne sont pas inclus
dans l’analyse
Première
  • Coûts d’investissement
  • Coûts de construction
  • Prix d’achat
 Relation de valeur actuelle du Premier Coût Pour les coûts d’investissement
qui commencent au début de la période d’analyse
Valeur de récupération Valeur de rebut de l’équipement
à la fin de sa durée de vie
 Valeur actuelle Relation de Valeur de récupération Coût La valeur actuelle est égale à la
valeur future à la fin de
la durée de vie, actualisée
par n années de service
Investissements Futurs
  • Investissements ponctuels
    survenant après le début de la période d’analyse
  • Entretien non annuel
    ou réparation
  • Modifications majeures apportées aux
    travaux d’investissement initial
 Relation de valeur actuelle du Coût d'investissement futur
Où FV est le montant nominal pro-
de temps qui sépare la valeur d’investissement
de la valeur de récupération de fin de vie
.
Remise de la valeur future
(La Valeur d’aujourd’hui a augmenté au taux
e à l’année n) jusqu’au
présent.
Valeur résiduelle Équipement ayant une durée de vie
s’étendant au-delà de la période d’analyse
 Valeur actuelle La relation de Valeur résiduelle Coût Valeur résiduelle est égale à la
valeur future à la fin de
la période d’analyse, dis-
comptée jusqu’à présent.
Fixe Récurrent annuel Service de paiement fixe
contrats avec inflation
ajustements Maintenance préventive
 Relation de Valeur Actualisée du Coût Fixe Récurrent Annuel Coût Récurrent annuel,
relatif à la valeur actuelle,
dont le prix augmente à
le même taux que l’inflation générale
. Les facteurs UPWn
font partie du programme
NIST BLCC.
Chaque année Récurrente
Escalade
  • Service ou entretien
    qui impliquent une augmentation
    des quantités de travail
  • Remplacements fréquents
    qui augmentent à un taux
    différent de l’inflation
 Relation de valeur actuelle des Coûts Croissants Récurrents annuels La valeur actuelle de ces coûts
est calculée par
en utilisant une version modifiée
de la formule UPW (UPW *)
qui permet une escalade des coûts
.
Énergie Coûts liés au carburant, tels que carburant
pétrole, gaz naturel ou électricité
 Relation de valeur actuelle du coût de l'énergie Les facteurs UPW * liés à l’énergie
se trouvent dans le programme NIST
BLCC.
Taux d’escalade Relation Budgétaire
Escalade à la Croissance réelle
Escalade
 Relation de valeur actuelle des taux d'escalade Coût Nécessaire pour convertir l’escalade budgétaire
en croissance réelle
escalade.
Définitions FV = valeur future
PV = valeur actuelle
TV = valeur actuelle
d = taux d’actualisation réel
e = taux d’escalade de la croissance réelle (le taux d’escalade différentiel qui existe après avoir éliminé l’influence de l’inflation générale)
n = nombre d’années avant l’occurrence ou la période d’analyse, selon le cas
E = escalade budgétaire
I = Taux d’inflation
UPW = Facteur de Valeur actuelle uniforme pour les coûts récurrents fixes
UPW * = Facteur de Valeur actuelle uniforme modifié pour les coûts récurrents croissants

  • Les coûts ponctuels futurs, tels que les coûts de remplacement, sont établis en faisant passer la valeur actuelle connue (en utilisant le taux de croissance réel) à sa valeur future l’année où elle survient, puis en actualisant cette valeur à sa valeur actuelle (en utilisant un taux d’actualisation réel). La formule pour cela est indiquée dans le tableau des formules de LCC 1-1.
  • Dans les cas où une alternative a une durée de vie au-delà de la période d’analyse, il faut tenir compte de la valeur de service résiduelle associée. Ce calcul consiste à identifier la valeur résiduelle future à la fin de la période d’analyse, puis à actualiser le montant au présent. La valeur résiduelle future peut être approximée en multipliant la valeur d’investissement future (moins la valeur de récupération future à la fin de sa durée de vie) par la proportion de temps restant dans la période d’analyse, par rapport à sa durée de vie.
  • Les coûts fixes récurrents annuels comprennent les coûts pour lesquels les augmentations n’ont pas de croissance réelle, tels que les coûts qui augmentent au taux d’inflation général. Ils peuvent être représentés par la formule indiquée dans le Tableau des formules LCC 1-1. Ce tableau présente également la formule des coûts récurrents lorsque les coûts récurrents augmentent. Les deux formules impliquent de multiplier un coût connu (en valeur actuelle) par une valeur actuelle uniforme.
  • Les coûts du carburant représentent un cas particulier d’augmentation récurrente des coûts. Des valeurs de valeur actuelle uniformes sont disponibles à partir des données du NIST, corrélant des types de combustibles spécifiques par secteur / emplacement pour une période d’analyse définie.Pour simplifier, on peut supposer que les frais de demande augmentent au même rythme que les frais de consommation.
  • Les actions d’investissement et de remplacement au fil du temps peuvent avoir une incidence sur les coûts récurrents. Par souci de simplicité, sauf indication contraire, les économies récurrentes fluctuantes peuvent être présumées proportionnelles aux économies réalisées au début de la période d’analyse.
  • Calculez le ratio épargne / investissement (SIR) pour comparer des alternatives différentes, telles que la comparaison d’une alternative CVC à une alternative d’éclairage. Calculez les économies nettes pour comparer des alternatives similaires, telles que l’optimisation de l’épaisseur d’isolation d’un mur.
  • Une analyse de sensibilité est nécessaire lorsque des hypothèses peuvent être considérées comme douteuses. Cela nécessite simplement de réaliser plusieurs analyses de LCC en utilisant les paramètres de coût extrêmes en question.
  • En raison des marges d’erreur possibles dans l’estimation des coûts, les solutions de rechange avec un différentiel de coût du cycle de vie inférieur à 10% peuvent être jugées peu concluantes par GSA.
  • Pour définir les impacts sur les coûts liés à l’énergie pour les solutions de rechange qui sont influencées par les conditions météorologiques et/ ou les charges / calendriers variables, le programme de modélisation de la consommation d’énergie DOE2 ou un autre logiciel approuvé doit être utilisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.